Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
Avant que cette web-tv collaborative dédiée aux partis politiques ne soit officiellement lancée en octobre 2010, nous avons décidé de commencer à en tester le concept, à livrer quelques contenus pour valider son ergonomie, son utilité, et sa viabilité en recueillant au passage vos impressions et critiques.
Et hop, voici mon feedback :
Ci-dessous, j'expose mes motivations auprès des organisateurs :


Je trouve cet article...




Infos diverses
Lieu : Dans les studios de Webcastory
Format : Article
Traitement : Page informative
Notes
Réagir ?
AUDIENCE
Web-TV,
mode d’emploi
 
 
Et si je sponsorisais ce sujet ?
Avant que cette web-tv collaborative dédiée aux partis politiques ne soit officiellement lancée en octobre 2010, nous avons décidé de commencer à en tester le concept, à livrer quelques contenus pour valider son ergonomie, son utilité, et sa viabilité en recueillant au passage vos impressions et critiques.
Expertises concernées : 

Comme tout rédac chef d'un nouveau support, il est élémentaire que je me prête à l'exercice obligé de la lettre d'intention inaugurative. Je le fais ici en tremblant, littéralement et mentalement, torturé par les affres d'un inconfortable manque de confiance en moi. je l'avoue d'emblée d'autant plus volontiers à l'aune de ce projet que je me fais pourtant un devoir absolu de réussir quoiqu'il m'en coûte. En somme je suis pris d'un trac fou.

Etant aussi porteur des valeurs du web collaboratif, j'ai pour habitude de ne me plier à ces figures de style qu'à la condition de ne pas me départir de la sincérité qui me sert de stimulant intellectuel : aussi comme vous pouvez le constater, point de poses ici, ni d'affèteries intellectuelles. Probablement allez-vous de surcroît tomber dans toutes les lignes qui vont suivre sur des considérations modestes sur les doutes et les angoisses qui m'assaillent sur ce projet, parce que je sais que trop à quel point il n'existera ni sans vous, ni sans un effort de la part de ses premiers porteurs, moi le premier en conséquence, pour en définir l'ADN et le modeler autant que faire se peut par un souci d'authenticité et des convictions éditoriales solides.

Difficile aussi de rédiger quoi que ce soit sans perdre cette innocence première, cette insouciance roborative dans la rédaction qui ne sont possibles, et motrices, qu'à la condition quand on se lance de ne pas trop anticiper le qu'en-dira-t-on. or ici, je ne parviens pas à en faire abstraction : je suis pourtant animé en produisant politoscope.tv d'une intention sans arrière-pensée, mais je suis perturbé d'avance par le fait que cela soit tout bonnement impossible à faire avaler à qui que ce soit. Quand on parle politique, il est impossible d'échapper à la suspicion. Impossible de ne pas être taxé d'objectifs secondaires inavouables. Il est impossible aussi de ne pas s'exposer à de virulentes critiques ni mon style ou les mots que je vais choisir ne répondent pas aux standards sémantiques des experts de la pensée politiques, qui ont infiniment plus de légitimité que moi.

Il m'est néanmoins avis que dans ce domaine comme dans tant d'autres, il y une immense fracture entre les experts qui ne souffrent pas que des béotiens s'accaparent maladroitement leurs thématiques, et ceux qui favorisent et encouragent la diffusion de leur univers de pensée. les premiers confisquent, les seconds envisagent le partage comme une source d'enrichissement mutuel.

Partager le lien :